Divorce : comment lutter contre l’aliénation parentale ?

L’aliénation parentale est un principe qui est apparu dans les années 80 aux USA. Le syndrome de l’aliénation parentale est contesté par plusieurs scientifiques. Mais il faut se poser la question de savoir la marche à suivre face à une aliénation parentale.

Aliénation parentale

En 1985, le terme aliénation parentale a été employé par un chercheur américain. Le syndrome d’aliénation parentale vient bouleverser le mode de vie des enfants de 9 à 15 ans en moyenne qui voient leurs parents se diviser et la parole de la mère ou du père remise en cause par l’autre. L’enfant peut être victime d’aliénation parentale c’est-à-dire manipuler par l’un des deux parents. Si les déclarations graves telles que des agressions sexuelles sont difficiles à prouver et l’aliénation peut conduire à de pareilles extrémités. Plusieurs caractéristiques peuvent expliquer une aliénation parentale :

  • Une campagne ciblée de dénigrement d’un parent envers l’autre,
  • Une affirmation forte de l’enfant que cette prise de partie émane de lui, et de lui seul,
  • La répétition de phrases dites par le parent dénigrant,
  • L’arrêt des contacts avec le parent dénigré,
  • Un soutien indéfectible de l’enfant au parent dénigrant.

Que faire en cas d’aliénation parentale ?

Pour ce qui du parent rejeté, il peut être une parfaite victime de l’autre parent comme il peut également participer à cette ambiance négative lors d’un conflit. L’enfant peut choisir d’être distant du parent, lui aussi vindicatif et dénigrant sans que cela soit considéré d’aliénation parentale.

A lire également  Formalités administratives et divorce

Pour ce qui est de l’environnement familial, il sera impacté par cette situation et essayer de raisonner l’enfant ayant fait le choix de couper les liens avec un de ses parents.  On ne peut assimiler cela à une aliénation parentale. N’oubliez pas que l’enfant est la première personne à souffrir de la rupture. Il faut noter qu’un possible surinvestissement de nouveaux partenaires des parents susceptibles de participer au conflit.

Dans le cadre d’une séparation, de nombreux acteurs institutionnels pouvant apparaître comme les juges. Ces derniers sont formés à l’aliénation parentale et on retrouve la notion de syndrome d’aliénation parentale. Tous ces acteurs prennent des décisions en conscience selon la loi et le bien de l’enfant.

Syndrome de l’aliénation parentale, les décisions de justice

La décision de l’aliénation parentale se pose fréquemment pour l’environnement externe à l’enfant qui peut observer les ravages provoqués par les conflits familiaux. Si l’expression de syndrome d’aliénation parentale n’est pas reconnue de façon formelle par la justice. La loi peut répondre à la question d’aliénation parentale que faire.  Si vous renforcez le partage de l’autorité parentale conjointe, la loi met en place une sorte de coparentalité qui peut éviter l’aliénation parentale que faire. Le Code civil a instauré le principe des liens entre les parents et enfants, y compris dans le cadre de séparation.

Il est à noter que le syndrome d’aliénation parentale tel que décrit par certains spécialistes n’est pas prouvé scientifiquement. Plusieurs professionnels demeurent encore sceptiques sur la question de nos jours.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*